Chronique DVD: Beth Hart & Joe Bonamassa – Live In Amsterdam

beth-hart-joe-bonamassa-live-in-amsterdam-cover1

Ce duo a vraiment eu une très bonne idée de collaborer ensemble, tant leurs talents sont bien assortis ! En effet, le grain de voix de la belle (ressemblant à s’y méprendre à celui d’une black) , est parfaitement assorti au touché si particulier de Joe à la guitare (qui nous démontre comme à son habitude toute l’étendue de son savoir-faire), qui offre un merveilleux écrin au chant.
Joe et le Blondie Chaplin (guitare rythmique) font également les chœurs, la section cuivre qui confère une ambiance Jazzy à l’ensemble, y va même de sa choré ! Arlan s’éclate entre autre sur un orgue Hammond et nous joue même de l’accordéon sur certains titres. Le rodies de Joe, réaccorde sans relâche les six-cordes et les lui échange entre chaque morceau.

La photo de l’image est sublime, et est le pendant de la qualité musicale ! La crooner donne tant de sa personne qu’elle sue sous les projos, elle se met même au clavier sur « Chocolate Jesus », et « Baddest blues » ! Carmin, musicien attitré à la basse, pose son superbe groove sur l’ensemble des morceaux.
Anton derrière les fûts possède un jeu simple mais très efficace ! Joe prend le relais au chant sur « Someday After Awhile » pour permettre à la chanteuse de se refaire une beauté, et Blondie en profite pour faire un solo.
A son retour, Beth présente l’ensemble des musiciens, au sujet desquels elle ne tarie pas d’éloges et de mots doux, avant de repartir de plus belle avec la reprise hyper connue et dansante de Delaney Bramlett, « Well, Well ». Il est si entraînant que le public se lève et danse !
Le festival de sonorités suaves continue sur « If Tell You I Love You », langoureux tel un vieux tango ! Les 22 titres que comporte ce show est un vrai régal pour les yeux et les oreilles ! Plus loin sur « Strange Fruit », l’ ambiance est feutrée et bleutée, où tout n’est que subtilité , magnifiée par une interprétation à pattes de velours !
Cela redevient plus festif sur le saccadé « Miss Lady de Buddy Miles », puis à nouveau plus sensuel sur « I Love You More Than You’ll Ever Now », où la miss en profite pour des serrer des mains parmi le public du premier rang ! Et c’est la fête au village sur la cover de « Nutbush City Limits » de la grande Tina Turner !
Retour au clame sur le slowly « I’d Rather Go Blind », ambiance torride de premier slow avec son amoureuse ! Le DVD se termine par les crédits sur un Antwerp Jam des plus décontracté sans public ! Je ne saurais que trop conseiller ce bijou aux amateurs de Blues et de bonne musique en général. (Nico)

(Extrait Newsletter # 21)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s